For Girls : le look Army

Deux grandes lignes pour le look army qui reste en vogue sans se démentir et au-delà de plusieurs saisons : c’est qu’il s’agit d’une tendance de fond.

Le look de base est un détourné. Il se porte tel quel. Comme si vous portez le tee-shirt, ou mieux, la liquette de votre homme. Ou alors il se customise comme dans la première image ci-dessous à gauche. Ou s’il tend vers le classique, le style se « couturise ». Comme en bas. Voilà, tout est dit.

2015  :

en 2013  :

ci-dessous, 2011  :

Publicités

Pauline Ducruet

Par RN 1 dans Mes Préférées

Pour ceux qui n’ont pas suivi. Publiée par Paris-Match le 8 Janvier 2016.

Pauline Ducruet

Et dans le magazine Bunte le 7 Janvier 2016.

t_pauline-ducruet

Socks The Cat

Par Royauté-News le

 

« Voilà, ça les reprend… » se dit Socks, le Chat des Clinton…

Les paparazzis autour du futur Chat présidentiel Socks, en 1992, alors Chat-gouverneur d’Arkansas…

Socks The Cat

Merci à Peter Conradi and to History In Pictures

Ceci n’est pas un Livre de Régime – Eric G. Delfosse

Ceci n’est pas un Livre de Régime – Eric Delfosse –

TheBookEdition, Collection Savoir Faire ;  471 p.;  19 99 ;  version PDF 999;

Commander ce livre info@thebookedition.com

Prendre en main son alimentation et notamment, contrôler son poids, permet de conserver votre santé.

Eric G. Delfosse est un thérapeute des méthodes douces et il propose dans ce livre d’apprendre à se soigner à travers sa nourriture.

Ceci n'est pas un Livre de Régime - Eric Delfosse

Heureuse Année 2016 !

2015 s’en va… Une année d’émotions… 2015 est partie ! Nous souhaitons à tous nos lecteurs que chaque année qui passe soit toujours meilleure.

Heureuse Année 2016 sur Royauté-News !

TR
Vendredi 1er Janvier à 01:43

Merci! Bonne année à Royauté-News!

Répondre
Vendredi 1er Janvier à 09:51
Claudine /canelle

Meilleurs voeux a ce blog

Bonne journée du premier de l’an

Claudine

Répondre
Royauté-News
Samedi 2 Janvier à 12:37

Bonne année TR et merci !!! happy happy happy

Meilleurs vœux pour toi Claudine et bon premier de l’an !!! happy happy happy

Louis de Bourbon en Bretagne

Louis et Marie-Marguerite de Bourbon se sont rendus en Bretagne pour trois jours.

 

Ils commémorent entre autres la fondation de la ville de Lorient sous Louis XIV tandis que cette année 2015 marque le tricentenaire de la mort de Louis XIV.

 

Nous dirons à cette occasion que la France ne vit qu’en commémorations permanentes qui font oublier dans le même temps de saisir les innombrables difficultés qu’elle traverse, et que ce temps des commémorations n’a jamais été aussi chargé que depuis que ce pays s’est installé dans un gouffre sans fin et dont la ruine est déjà signée.

Voici le lien dans où le Prince Louis s’est exprimé à l’occasion de cette visite. (Clic)

1  TR
Vendredi 29 Mai 2015 à 21:28   Supprimer le commentaire

Vraiment une excellente entrevue, j’aurais tant aimé y être!

Répondre
2  Royauté-News Profil de Royauté-News
Samedi 30 Mai 2015 à 16:23

Oui, c’est excellent, et aussi par rapport à certaines interviews précédentes.

Bonne journée ! smile smile smile

La Mer des Califes – Christophe Picard

La Mer des Califes – Christophe Picard –

Une histoire de la Méditerranée musulmane (VII°-XII° siècles)

Le Seuil ;  paru le 15 Janvier 2015 ;  448 p. ;  26 .

Christophe Picard est Professeur à Paris-I et spécialisé dans l’Orient médiéval. Cet ouvrage tend à modérer l’impact souvent accordé à l’Islam dans la crise économique médiévale de l’espace méditerranéen. RN 1

La Mer des Califes - Christophe Picard

Charles III de Bourbon ; l’honneur d’un prince (1490-1527)

Charles III de Bourbon ; l’honneur d’un prince (1490-1527) – Richard Alain Marsaud de Labouygue –

La société des écrivains ; paru en Mai 2015 ;  80 p. ;  14 95.

Dans ce petit livre « très érudit et gentiment troussé » (quotidien La Montagne) l’auteur souhaite réhabiliter le Connétable de Bourbon.

Charles III de Bourbon ; l'honneur d'un prince (1490-1527)

TR
Dimanche 24 Mai 2015 à 01:50

Voilà un ouvrage que j’attendais avec impatience!

D’accord, les perdants ont toujours tort, vae victis et tout cela. Mais les fautes de jeunesse de François Ier, certes compensées par sa grandeur une fois la sagesse venue, n’en sont pas moins là; et un suzerain qui envahit les états de son vassal sans aucun droit (malgré ses pressions, le jugement expropriant le connétable de la plus grande partie de ses biens, ceux issus de feue sa femme en vertu d’un testament rédigé avec le plus grand soin sous la surveillance de sa belle-mère, Anne de Beaujeu, fille de Louis XI et régente; n’avait pas encore été prononcé) avec le dessein affiché d’emprisonner celui-ci sans qu’aucune faute puisse être prétextée, rompt l’hommage lige qui est synallagmatique, comme on dit aujourd’hui; le connétable était donc, certes forcé de fuir, mais aussi, libre, y-compris de combattre celui qui l’avait ainsi trahi; car le traître dans cette affaire, c’était bien François Ier…

De manière collatérale, un « Jean de Bourbon » a débarqué, quelques années après, en Inde, où il a fait souche; lui et ses descendants sont restés chrétiens et illustrent le nom de Bourbon à Bhopal et au-delà. Bien qu’ils ne puissent matériellement être issus, ni d’un enfant légitime (c’est bien parce qu’aucun de leurs trois enfants n’avait survécu à leur mère que s’est posé le problème de la succession), ni d’un bâtard (il servait Charles Quint qui lui avait promis sa sœur, et ne pouvait se permettre d’écart de conduite) du connétable, mon impression personnelle est qu’ils descendent d’un ami, d’un compagnon d’armes du connétable qui, ayant fui avec lui l’injustice d’un roi, et peut-être déçu de Charles Quint qui était sans pitié, a trouvé aux Indes un moyen de restaurer la mémoire de ce nom qu’on traînait dans la boue et qu’il aimait, en le portant lui-même.

Répondre
docteur Anne Marie D
Vendredi 5 Juin 2015 à 07:35

cher TR, Votre remarque est pertinente, l’intérêt de cet ouvrage et s’il y en avait qu’un c’ est bien celui là, c’est l’application stricto sensus , qui lie les deux partis, le Suzerain au Vassal et réciproquement ; c’est le serment Vassalique! Bravo à l’auteur qui replace la question dans un contexte historico romanesque de bonne facture.